Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat CGT ONNO
  • : Site d'infos du syndicat cgt ONNO
  • Contact

Accords convention collective

Accord DIF industrie Charcutière : cliquez sur le lien ci-contre : link

Accord prévoyance : avenant du 28 janvier 2010 :   link

Accord prévoyance : avenant du 15 avril 2010 : link

Accord du 26 janvier 2011 Salaire minima Industries Charcutières 2011 :link

Recherche

Adhèrez à la CGT à Pontivy !

 

 

Besoin d'un renseignement : 

 

Au 06 38 55 29 65

 

Pour adhérer à la CGT envoyer un message en indiquant votre nom, prénom et n° de téléphone, à ce lien, nous vous contacterons rapidement ou télécharger le document et envoyer le par courrier ou mail, à l'adresse indiquée. A bientôt.

 

 

Archives

Play list

13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 18:24


Une casse sociale inévitable
Dans la vie mouvementée d'Unicopa qui s'est séparée de nombreuses branches et qui a cédé plusieurs usines, c'est la volaille qui a le plus trinqué avec, en particulier, la fermeture de l'usine Dandy de Pontivy (235 salariés). Mais le plan global de restructuration de la branche avicole a sans doute coûté plus cher en pertes d'emplois. Plusieurs salariés des usines du groupe ont refusé les propositions de mutation ou de reclassement. En cédant ses outils industriels achevant son démantèlement, Unicopa a refilé le dossier social aux repreneurs. Rien ne permet d'affirmer aujourd'hui que Terrena, Coopagri ou Cooperl conserveront l'ensemble des personnels. Patrice Leloup, l'actuel directeur général tempère: «Le pire, c'est-à-dire le dépôt de bilan, a été évité. L'accord conclu avec les banques permet de maintenir l'emploi des 1.000 salariés de chez Brocéliande et des 550 de chez Nutrea Primex et de préserver l'intérêt des 10.000 agriculteurs des trois coops de base d'Unicopa (Eolys, Cam 56 et Pigalys). »

Silence sur les dettes

La facture financière de l'aventure industrielle d'Unicopa devrait être salée. Depuis longtemps, les banques, comme le Crédit agricole, la soutiennent à bout de bras. Sur le montant des dettes, c'est le silence radio. Les banques, les créanciers, les repreneurs: tout le monde va être amené à mettre la main au pot. Unicopa a perçu également de nombreuses subventions publiques.

1,6 million pour les collectivités locales

En décembre dernier, le Conseil régional a fait une croix sur 1,6 million d'euros d'avances remboursables que le groupe Unicopa devait encore rembourser à la Région, au Conseil général des Côtes-d'Armor et à la communauté de communes de Guingamp. De son côté, l'Etat abandonne aussi un certain nombre de ses créances fiscales et sociales, pour un montant que nous n'avons pas pu confirmer auprès de la préfecture de région.

Un château à vendre
Unicopa possède encore quelques actifs qu'elle va s'efforcer de valoriser: une participation de 40% dans l'usine de volaille Tilly-Sabco (Guerlesquin) et des biens immobiliers comme le somptueux château de Kerozar qui abrite le siège morlaisien.

Un navire difficile à manoeuvrer
A leur décharge, les états-majors successifs qui ont gouverné Unicopa n'ont pas toujours eu les coudées franches. Union de coopératives, Unicopa ne pouvait pas prendre des décisions sans avoir l'aval de ses nombreuses coops adhérentes. Elle en a compté jusqu'à 17. «Pas facile dans ces conditions pour les dirigeants de prendre des options stratégiques. Ils n'avaient pas beaucoup de marge de manoeuvre», commente un économiste. .

  • F.L.G. et Y.

Le télégramme - le 13/01/2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat de la charcuterie - dans Industrie agroalimentaire
commenter cet article

commentaires