Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat CGT ONNO
  • : Site d'infos du syndicat cgt ONNO
  • Contact

Accords convention collective

Accord DIF industrie Charcutière : cliquez sur le lien ci-contre : link

Accord prévoyance : avenant du 28 janvier 2010 :   link

Accord prévoyance : avenant du 15 avril 2010 : link

Accord du 26 janvier 2011 Salaire minima Industries Charcutières 2011 :link

Recherche

Adhèrez à la CGT à Pontivy !

 

 

Besoin d'un renseignement : 

 

Au 06 38 55 29 65

 

Pour adhérer à la CGT envoyer un message en indiquant votre nom, prénom et n° de téléphone, à ce lien, nous vous contacterons rapidement ou télécharger le document et envoyer le par courrier ou mail, à l'adresse indiquée. A bientôt.

 

 

Archives

Play list

13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 20:30

Malgré les mauvaises nouvelles chez Saupiquet à Saint-Avé (56) et Petit Navire à Douarnenez (29), les conserveries françaises de poissons enregistrent une bonne année 2009. Questions à Pierre Commère, représentant de la filière (*).



Saupiquet menace de fermer l'usine de Saint-Avé, Petit Navire risque de perdre des emplois. Dans les deux cas, le secteur des salades est en cause. Quel est l'état de santé de la filière?
Le marché des conserves de poissons est à matûrité, il est globalement stable, mais peut fluctuer d'une année à l'autre, notamment en fonction des conditions estivales. Sur les neuf premiers mois de 2009, l'année a été bonne avec une progression globale de 2,4%, dont 8% pour le thon au naturel, 14% pour les sardines, 2% pour le maquereau. Le maillon faible est celui des salades de poisson, qui affiche un recul de 13%.

Comment expliquez-vous ces fluctuations ?
La conserve de poissons reste un produit moderne et intéressant, particulièrement en période de crise. Le thon arrive largement en tête. Le produit en conserve est bon, pas cher, pratique, il se conserve longtemps sans avoir accès au réfrigérateur. Concernant les salades, il est possible que les consommateurs préfèrent les réaliser eux-mêmes ou les acheter en frais chez le traiteur. Ce repli spectaculaire date de quatre à cinq ans.

Que représente la Bretagne dans le domaine des conserves de poissons?
Le secteur de la conserve en France compte 17 fabricants, représentant 2.700 salariés, 73.000 tonnes de poissons transformés, près de 400 millions de boîtes produites, et un chiffre d'affaires de 730 millions d'euros. La Bretagne pèse à elle seule 60 à 70% de l'activité.

Le marché peut-il encore progresser?
Le marché de la conserve de poissons est bien occupé. Le taux de pénétration des ménages atteint 94%, dont 87% pour le thon, 54% pour la sardine et 46% pour le maquereau. Le thon est largement majoritaire avec une consommation nationale de 122.000 tonnes contre 25.000 tonnes pour la sardine et 19.000 tonnes pour le maquereau. La France est très dépendante des importations de thon puisqu'elle n'en produit que 37.000 tonnes. Les bateaux bretons pêchent le thon dans l'Atlantique et l'océan Indien. Des industriels de la région possèdent des usines à l'étranger, notamment en Afrique.

(*) Pierre Commère est secrétaire général de la Fédération des industries des aliments conservés pour les produits de la mer.

  • Propos recueillis par Yves Drévillon

Le télégramme - le 13/01/2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat de la charcuterie - dans Industrie agroalimentaire
commenter cet article

commentaires