Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat CGT ONNO
  • : Site d'infos du syndicat cgt ONNO
  • Contact

Accords convention collective

Accord DIF industrie Charcutière : cliquez sur le lien ci-contre : link

Accord prévoyance : avenant du 28 janvier 2010 :   link

Accord prévoyance : avenant du 15 avril 2010 : link

Accord du 26 janvier 2011 Salaire minima Industries Charcutières 2011 :link

Recherche

Adhèrez à la CGT à Pontivy !

 

 

Besoin d'un renseignement : 

 

Au 06 38 55 29 65

 

Pour adhérer à la CGT envoyer un message en indiquant votre nom, prénom et n° de téléphone, à ce lien, nous vous contacterons rapidement ou télécharger le document et envoyer le par courrier ou mail, à l'adresse indiquée. A bientôt.

 

 

Archives

Play list

11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 20:35

Collecte laitière bloquée, approvisionne-ment en aliments du bétail impossible...: la neige tombée en abondance dans le Nord et le Centre-Bretagne a provoqué une grosse pagaille dans l'activité agroalimentaire.

 


Collecte de lait.

 

  • Frédérique Le Gall

Le télégramme - le 11/01/2010


En rendant les routes impraticables, la neige a fortement perturbé la collecte de lait. Hier matin, elle redémarrait dans les zones côtières mais la circulation était encore impossible dans de nombreux secteurs du Nord et du Centre-Bretagne: Carhaix (29), Guingamp (22), Lopérec (29), Guerlesquin (29), Quintin (22), Saint-Nicolas-du-Pélem (22), Guégon(56), Plumelec (56)... Les camions de collecte, rarement équipés de chaînes, n'ont pas pu, dans la plupart des cas, accéder aux fermes, surtout dans les endroits les plus reculés. Sans compter l'interdiction de circuler sur les voies express. Dans certaines exploitations, le dernier ramassage date de lundi dernier. Du coup, beaucoup de producteurs en viennent à jeter leur lait. «Au-delà de 72heures, le lait n'a plus les qualités suffisantes pour être transformé», souligne-t-on chez Entremont-Alliance. C'est une perte sèche pour les producteurs qui espéraient pourtant se refaire une santé en ce mois de janvier. Leur lait leur est, en effet, mieux payé qu'au mois de décembre. «Il y a beaucoup de casse et les laiteries tournent au ralenti. Les producteurs le vivent très mal. Ils sont désespérés de devoir jeter leur lait», note Florence Quioc, responsable de la collecte à Coopagri.

Alimentation animale.
C'est l'autre point noir, surtout pour les porcs et les volailles qui sont de gros consommateurs d'aliments. Il y a beaucoup de retard dans les livraisons. Éviter les ruptures de stock est l'une des grandes préoccupations des professionnels. L'Afab (association des fabricants d'aliments du bétail) déplore que l'on déneige uniquement les routes principales. «Rien n'est fait sur les réseaux secondaires. L'économie ne repose pas uniquement sur les voies express. L'agroalimentaire, principale activité de notre région, dépend de nos exploitations agricoles qui doivent pouvoir être approvisionnées», souligne Laurent Morin, porte-parole de l'Afab. Il appelle les éleveurs en vraie rupture de stock à le faire savoir.

Transports d'animaux.
La neige a accordé un sursis aux animaux promis à l'abattage. Porcs et volaille ont dû prolonger leur séjour dans les élevages. Ces reports d'abattage tombent mal selon les producteurs de porc car cela intervient à un moment où la consommation est, en principe, dopée par les opérations de promotion menées traditionnellement en janvier par la grande distribution.

Partager cet article

Repost 0
Published by Syndicat de la charcuterie - dans Industrie agroalimentaire
commenter cet article

commentaires